Obiectiv

UN FOYER D’ETUDIANTS INTERCONFESSIONNEL


L’accueil des étudiants dans la maison de Christian Tell a commencé, au-delà des attentes, dès que la communauté s’est installée sur place. Elle reprenait ainsi, d’une manière renouvelée, l’intuition des premiers assomptionnistes qui ont tenu pendant une dizaine d’année un foyer pour les étudiants sous le patronage de saint Augustin. Foyer malheureusement fermé avec l’expulsion des religieux en novembre 1947.
 
Aujourd’hui, soixante trois ans plus tard, nous ne pouvons que nous réjouir de cette renaissance. Le deuxième étage, sur les huit niveaux que compte le bâtiment, est entièrement destiné aux étudiants. Il compte neuf chambres (dont deux à deux lits). Au sous-sol se trouvent leur cuisine-salle à manger, ainsi qu’une salle de détente et de réunions. Onze étudiants, de 19 à 27 ans,  sont accueillis cette année, dans une égale et involontaire proportion de catholiques latins, de gréco-catholiques et d’orthodoxes. Ils étudient dans des écoles d’ingénieurs, des facultés de mathématique, de philosophie, de droit…
 
Le foyer a aussi une dimension internationale, tout comme la communauté. De nombreux étudiants étrangers viennent dans la capitale pour étudier. Tous sont arrivés chez nous par le bouche à oreille, ou par l’internet,  ou encore par des annonces dans les journaux religieux. Le recrutement ne devrait pas poser problème car la demande des étudiants est plus importante que ce que la ville peut offrir.

Le projet prend peu à peu consistance. Dans notre cas nous n’offrons pas seulement une belle chambre et un cadre propice aux études. Une proposition à laquelle nous tenons vivement est de se retrouver chaque soir à la même heure (21h30) pour prier ensemble, malgré nos agendas bien remplis et nos manières très différentes de prier ou de rencontrer Dieu. Nous prenons des éléments de la prière qui nous sont communs, avec une touche occidentale ou orientale. Pour cela, la liturgie de Taizé nous sert de modèle. L’expérience nous montre que les jeunes découvrent la prière commune (en dehors des célébrations dans l’église), et une manière de prier nouvelle pour eux. Petit à petit l’exigence de la prière devient une priorité, tout comme pour les études. Le pari est gagné en fait lorsqu’ils découvrent, par eux-mêmes, le goût de la prière et son importance pour la vie de chaque jour. Il est envisageable, dans un avenir proche, de leur demander de préparer et d’animer la prière, leur offrant ainsi la  possibilité de s’impliquer davantage et d’être vraiment actifs.


Il y a aussi des rencontres ponctuelles où nous nous retrouvons, communauté et étudiants, pour un temps de convivialité autour d’un repas, dans un premier temps, suivi d’un temps d’échange sur un thème qui nous semble pertinent. Nous abordons des thèmes religieux comme par exemple : la prière (pourquoi prions-nous ? à quoi ça sert la prière ? comment prions-nous ? pourquoi prions-nous les psaumes…), les Eglises (différences et points communs), les religions (leurs spécificités et façons de faire), mais aussi des thèmes plus centrés sur les questions qui se posent à leur âge du début à la vie adulte. Il y a aussi des soirées plus détendues autour d’un film ou autre chose jugé stimulant. Une soirée sur la variété des chants de Noël dans nos différentes régions d’origine a été très intéressante. Pour l’avenir, nous projetons de proposer aux jeunes une activité sociale bénévole en ville, comme une façon de s’enrichir soi-même et les autres, tout en faisant quelque chose d’extrêmement utile pour la société. Nous confions tous nos projets, plus ou moins formulés, à Dieu, sous le patronage de saint Augustin, qui veille sans doute sur nos actions et qui continue à être un exemple inégalable pour les jeunes.


Ovidiu Robu, aa


Mihai : un lieu remarquable, une bonne ambiance
La première année de faculté constitue un vrai défi pour l’étudiant provincial que je suis. Le nouvel arrivé doit faire une série de choix, dont le plus important est le logement. Pour cela le nouvel étudiant a plusieurs alternatives. Mais qu’est-ce qui est mieux adapté pour moi ? Le temps passait et je n’arrivais pas à trouver quelque chose qui me convenait. Je cherchais un lieu tranquille pour pouvoir étudier et un bon entourage. Je reconnais que, grâce à Dieu, j’ai trouvé chez le Pères Assomptionnistes ce que j’ai beaucoup cherché. Le lieu est remarquable et l’ambiance est bonne pour un jeune en formation. Je me réjouis d’habiter avec des hommes de prière. Ceux-ci sont ouverts, compréhensifs et patients avec moi et avec mes autres collègues. Grâce aux activités qui nous sont proposées, je constate que j’ai progressé dans les relations interpersonnelles. La prière du soir est un moment de retrouvaille après une journée remplie de cours, l’occasion de diriger toutes nos pensées vers le Père Céleste. La maison des Assomptionnistes, c’est ma deuxième maison.


Cârstea Mihai, 19 ans,
étudiant à l’Université Polytechnique


Gaël : un esprit de famille
Je viens du Cameroun et j’habite dans le foyer pour étudiants Saint Pierre-Saint André des Pères Assomptionnistes. C’est une expérience unique et une grande grâce. En effet, le foyer offre des chambres adéquates, modernes et propres, adaptées aux études. De plus, la communauté instaure entre nous « étudiants » et eux un esprit de famille, grâce à des rencontres et discussions où nous exposons nos problèmes. Enfin, le plus important, une courte prière quotidienne nous permet de rendre grâce à notre Père Céleste pour tous ces bienfaits. J’espère vraiment continuer cette expérience tout au long de mes études.


Gaël Kuete Tchinda, 23 ans,
étudiant à l’Université Polytechnique.

© 2017 Centrul Petru si Andrei